Compagnie (S)-vrai

Retour en images sur les créations participatives :

 

 

Metteur en scène, interprète et scénariste, Stéphane Schoukroun crée en 2012 la compagnie (S)-Vrai pour initier un nouveau type de projet : expérimenter de nouvelles écritures du réel en dialogue avec les territoires et nos identités.

Chaque création est l’aboutissement d’un travail d’enquête sur un espace et les gens qui l’habitent.
Sur le plateau, Stéphane Schoukroun réunit interprètes professionnels et témoins (habitants, adolescents, résidents de centres médicosociaux, enseignants, chercheurs, ...). Il met en scène une rencontre : celle d’un espace, d’une population et d’une équipe artistique.

 Particulièrement attachée à un travail en banlieue parisienne, la compagnie (S)-Vrai veut ouvrir un espace de friction entre nos histoires intimes et l’histoire collective, où le rire et le débat permettent de transcender nos différences. En plongeant dans nos récits et nos choix de vie, dans les moments de bascule, la compagnie met en question l’engagement, le rapport au langage et notre capacité à être acteurs de nos propres vies.

 Depuis la création de la compagnie, l’essentiel des actions est dirigé vers la jeunesse (ateliers de création et de transmission en établissements scolaires, centres d’hébergement, Maison du geste et de l’image, Conservatoire à rayonnement régional, ESAD, ...).

La Cie (S)-Vrai s’appuie sur les outils du théâtre pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. En mettant la périphérie au centre, elle cherche à inventer des espaces de déplacement, réels et imaginaires.

Stéphane et son équipe cherchent à partager, avec les habitants, un autre rapport au présent, en perpétuel questionnement, une façon d’être ensemble, traversés par nos futurs possibles.
Tous témoins de leurs propres histoires réécrites sous l’œil du spectateur.

 En s’entourant de vidéastes, de créateurs sonores, de musiciens et de chorégraphes, la compagnie
(S)-Vrai crée des dramaturgies plurielles. A la manière des documentaristes, ils enquêtent, vont à la rencontre, pour enfin faire du montage et saisir au mieux les langues et langages contemporains.

 En fonction des projets, la compagnie emploie entre 8 et 15 intermittents : le noyau principal de l’équipe se compose du directeur artistique (Stéphane Schoukroun, auteur, metteur en scène et interprète), d’une dramaturge (Jana Klein, auteure, metteuse en scène et interprète) et d’une coordinatrice générale, administratrice des productions (Clara Duverne). La compagnie s’adjoint les services d’un attaché de presse (Olivier Saksik- elektronlibre) et d’un chargé de diffusion (Olivier Talpaert – en votre compagnie). Ils sont rejoints, selon les projets, par une scénographe, un créateur lumière, une vidéaste, un créateur son, des régisseurs, un.e assistant.e à la mise en scène, des collaborateurs artistiques et d’autres interprètes. Attachée à un dialogue constant avec la cité et ses mutations, la compagnie (S)-Vrai associe régulièrement à ses enquêtes des chercheurs en sciences sociales et les invite à participer aux spectacles. 

 *** 

Je crois que je me suis toujours interrogé sur le parcours des gens, sur la façon dont ils se sont construits. Comment ils sont arrivés à l’endroit où ils sont aujourd’hui ?
Je me questionne sur le lien, sur ce qui nous relie. Comment nous entremêlons nos vies ?

J’interroge la place, celle qu’on nous accorde, que nous prenons, ou que nous rêvons d’avoir, et de quelle façon nos territoires réels et imaginaires nous transforment.

Alors j’invite des témoins : habitants, chercheurs, artistes, adolescents… des personnes de tout âge qui trouvent au théâtre un espace de réflexion et de jeu, un lieu d’échange.
Toutes les créations de la compagnie se tissent à partir de ce dialogue-là : de la friction entre l’intime et le social, notre histoire et comment nous la racontons.

 C’est pourquoi je travaille essentiellement sur l'oralité, la trame narrative et la structure dramaturgique se construisent au fur et à mesure des répétitions.

La dimension performative du langage et la façon dont chacun s’en empare sont au centre de chaque projet. Mais c’est aussi le récit de l'expérience vécue par les témoins lors du processus de création que nous écrivons. Entre documentaire et autofiction, nous inventons le réel de notre histoire commune.

Stéphane Schoukroun

 

Depuis ses débuts, la Cie (S)-vrai a été en résidence chez différents partenaires :
Théâtre-Studio d’Alfortville
La Ferme de Bel-Ebat
La Maison des Métallos
Centre Etienne Marcel, Hôpital du Jour
Théâtre de L’Echangeur
Théâtre Paris-Villette/Grand Parquet
Le Monfort Théâtre
Scène Nationale de Melun-Sénart
Lilas en scène
Théâtre de la Poudrerie

 

Elle a été soutenue par :
Le Festival de la Luzège en Corrèze
Le Festival La Grande Echelle
La Ville de Paris
Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis
La Maison du Geste et de l’Image
La Drac Ile-de-France
Culture à l’Hôpital
L’ESAD
Le CRR Paris
La Fondation Carasso
Fondation humanités, digital et numérique
DICRéAM 

En 2017/2018, Stéphane Schoukroun a été artiste associé aux Ateliers Médicis.